Février : Air

« Notre lien commun fondamental, c’est le fait que nous habitons tous sur cette planète. Nous respirons tous le même air. Nous chérissons tous l’avenir de nos enfants. Et nous sommes tous mortels »

John Fitzgerald Kennedy – De la paix dans le monde (10 juin 1963)

Avec ces quelques mots de John Fitzgerald Kennedy, l’essentiel est dit : 8 milliards d’habitants sur notre planète et une seule atmosphère à partager. Si nous pouvons contrôler l’eau que nous buvons, nous ne pouvons contrôler l’air que nous respirons. Le 5 octobre 2021, le conseil des droits humains des Nations Unies a reconnu un nouveau droit de l’Homme sur la nécessité pour chacun de vivre dans un environnement durable, non pollué et non-nocif pour la santé.

Pourtant en quelques décennies, la qualité de l’air est devenue un problème majeur de santé publique pour toutes les sociétés. L’impact et le coût sanitaire augmente de façon significative dans tous les pays. A l’échelle de la France, l’impact d’une mauvaise qualité de l’air est estimé à 40 000 décès prématurés par an en 2020. Le coût sanitaire annuel global induit (mortalité + santé) est estimé entre 70 et 97 Milliards d’Euros (+ 3 milliards d’Euros de dépenses supplémentaires pour la sécurité sociale). Des études épidémiologiques ont établi que la majeure partie des effets chroniques sanitaires résultant de la pollution de l’air sont attribuables aux particules.

Pour pallier à ces effets, les États ont mis en place des réseaux de surveillance de la qualité de l’air avec des limites à ne pas dépasser basés sur les effets sanitaires quantifiés.

Porteur scientifique : Gaelle Uzu ; Référents partenaires : William Meunier et Clément Pesle (Grenoble Alpes Métropole), Anne-Cécile Fouvet (Ville de Grenoble)

Retrouvez ici les événements et articles en liens avec ce thème

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search